Imprimer la page
Vie quotidienne

Comment apprendre à vivre avec le confinement ?

Durant cette période de confinement, les familles doivent trouver un nouveau rythme de vie

Durant cette période de confinement, les familles doivent trouver un nouveau rythme de vie

Établissements scolaires fermés, parcs, plages et lieux publics interdits et maintenant confinement : la période actuelle s’annonce difficile pour chacun, que l’on soit, seul, en couple ou en famille. Parents comme enfants sont concernés par le confinement obligatoire depuis le 17 mars. Cette situation inédite entraîne une nouvelle organisation familiale. Estelle Beauvais, psychologue à Bayonne, nous livre quelques conseils pour vivre au mieux cette période particulière.

Quelles conséquences psychologiques peut entraîner le confinement ?

Estelle Beauvais : Le confinement peut, au premier abord entraîner des angoisses, du stress chez certaines personnes qui ont un terrain anxieux. Ces personnes vont être submergées par les émotions. À la peur d’être contaminé et malade s’ajoute l’incertitude de ce nouveau quotidien. Il est normal que cela génère de l’angoisse. Mais en s’adaptant au confinement, il y aura beaucoup moins de raisons de s’inquiéter.

Comment aborder ce confinement avec les enfants ?

E.B. : Il faut tout d’abord limiter les informations, les éloigner des écrans, des radios, de ces informations anxiogènes qui tournent en boucle. Les enfants ne comprennent pas forcément tout ce qui est diffusé. Il faut éviter de les faire baigner là dedans. Il faut également que les parents fassent attention lorsqu’ils parlent entre eux. Eux aussi ont des inquiétudes qu’ils partagent, mais il est nécessaire de veiller à ne pas trop en dire devant les enfants. Nous pouvons leur expliquer ce qui se passe, mais surtout ne pas anticiper. Nous devons attendre qu’ils nous questionnent et être au plus près de leurs questions. Nous devons être dans l’accueil de leurs émotions.

Comment faire pour vivre au mieux cette situation ?

E.B. : Il est nécessaire de continuer à rythmer les journées, même si l’on peut s’accorder une certaine souplesse en se levant un peu plus tard par exemple. Il est primordial de garder une chronologie et un rituel quotidien. Avec les enfants, il faut alterner un temps de travail, puisque les enseignants transmettent des devoirs, un temps de jeu, un temps pour une activité sportive. Il est important également de garder le contact avec l’extérieur. Aujourd’hui, nous avons de nombreux moyens disponibles pour communiquer, par le téléphone, les mails, les logiciels comme Skype ou Facetime qui permettent de se voir, les réseaux sociaux. Il faut maintenir le contact et penser aussi aux personnes qui sont seules.

Comment gérer cette période avec les enfants ?

E.B. : Un temps d’adaptation sera nécessaire pour trouver un rythme de vie qui nous convienne. Cette période entraîne en effet toute une réorganisation familiale. Nous sommes obligés de découvrir de nouvelles règles, de nouvelles manières de vivre ensemble. Les familles vont se redécouvrir, apprendre à vivre ensemble. Car habituellement, avec le rythme effréné du quotidien, du travail, parents et enfants n'avaient parfois que peu de temps à passer ensemble. On a désormais davantage le temps, cela va permettre de renouveler des liens, d'apprendre à redécouvrir l'autre. C'est aussi le moment d'être inventif, de favoriser les temps d'échange et de jeux de société en famille. Les écrans peuvent être autorisés sous contrôle parental. Un temps limité aux jeux vidéos peut être accordé. On peut même y jouer en famille. Plusieurs chaînes de télévision proposent des programmes éducatifs. Des visites virtuelles de musées sont disponibles sur Internet. Des clips d'exercices sportifs sont également mis à disposition. Tout cela peut aussi être des moments à partager.

Et avec les adolescents ?

E.B. : Pour les adolescents, c’est aussi une période compliquée. Cette situation va à l’encontre de leur principe de plaisir, puisqu’ils sont privés d’une certaine liberté, coupés de leurs copains. Cela génère un sentiment de frustration. Mais, les adolescents ont des ressources et sont surtout connectés, donc en lien avec leurs copains à travers tous les réseaux sociaux. Petit à petit, ils vont intégrer l’idée de ce confinement. Il faut aussi être attentif à leur comportement, car ils peuvent détourner leurs angoisses. Cette situation parle de virus, de maladie, de mort ce qui peut les inquiéter. Les parents doivent les rassurer en leur expliquant par exemple que ce confinement est un moyen de se protéger du virus.

Que peut apporter cette situation ?

E.B. : Finalement, nous nous retrouvons tous dans une parenthèse. En vase clos, les membres de la famille vont se redécouvrir. Chacun va devoir puiser dans ses ressources pour faire face à cette situation et va devoir apprendre à s’armer de patience, à écouter et à accepter l’autre. Il va falloir gérer l’émotionnel de toute une famille. Des tempéraments peuvent se révéler. Cette période va aussi être révélatrice pour les couples. Elle peut être une richesse pour les individus. Une chose est sûre, c’est que nous allons tous apprendre durant cette période et nous allons en ressortir grandi.

Estelle Beauvais, psychologue à Bayonne : 06 61 17 64 13.