Imprimer la page
Économie

Quelle reprise économique en Chine ?

© chungking - stock.adobe.com

© chungking - stock.adobe.com

Après avoir placé le pays sous cloche pendant près de trois ans, les autorités chinoises ont décidé de lever l’essentiel des mesures sanitaires, espérant ainsi renouer avec une croissance forte. Mais rien n’est moins sûr…

À la fin de l’année 2022, les autorités chinoises ont décidé de mettre fin à la politique sanitaire dite « zéro Covid-19 », qui avait paralysé le pays pendant plus de deux ans. Celle-ci se déclinait en un triptyque redoutable. Tout d’abord, des tests PCR étaient demandés parfois plusieurs fois par semaine pour accéder aux lieux publics et voyager d’une province à une autre. La population était ensuite tracée au moyen de QR codes, ce qui n’était au fond que le nouvel avatar d’une surveillance de masse officiellement actée depuis une décennie avec le « Plan de planification pour la construction d’un système de crédit social 2014-2020 ». Enfin, mesure la plus emblématique : le confinement de quartiers, voire de villes entières, en cas de détection de cas de Covid-19 .

À l’évidence, une telle politique sanitaire à l’échelle d’un pays de 1,4 milliard d’habitants ne pouvait qu’exacerber les tensions politiques et sociales, au point que d’impressionnantes scènes de révolte ont été rapportées, consécutivement à une énième période de confinement strict. Et en plus d’avoir fait tanguer le régime, cette politique fut un gouffre financier pour les autorités locales à qui l’État avait délégué la besogne.

L’économie chinoise en berne

La Chine a pris le parti de mettre le pays sous cloche. Des salariés ne pouvaient plus se rendre à leur travail, des entreprises étaient fermées inopinément pour raison sanitaire, sur ordre des autorités, des composants n’étaient plus produits et exportés… Toute la chaîne de production chinoise en a été bouleversée, créant des ruptures d’approvisionnement, notamment au sein de l’Union européenne, une forte incertitude chez tous les partenaires commerciaux de la Chine et des révisions à la baisse des investissements internationaux vers l’Empire du Milieu. Et que dire du tourisme dans ces conditions ?

Tout cela ne pouvait que se traduire économiquement par une chute du taux de...

Cet article est réservé aux abonnés. Si cette actualité vous intéresse, abonnez-vous ou achetez notre journal.
Accédez à toute l'actualité et aux annonces légales en illimité

1 AN (52 n°)Hebdomadaire
à partir de 25,00 €/an *

(* Tarif en vigueur en France Métropolitaine, valable pour la version numérique)

Déjà abonné ?  > je me connecte