Imprimer la page
Entreprise Économie

Chez Safran, la ministre des Armées réaffirme le soutien de l’État

Florence Parly s'est déplacée à Bordes pour marquer le soutien de l’État au secteur aéronautique.

Florence Parly s'est déplacée à Bordes pour marquer le soutien de l’État au secteur aéronautique.

Deux jours après l’annonce du plan gouvernemental de soutien à l’aéronautique, la ministre des Armées Florence Parly était en visite à Bordes chez Safran Helicopter Engines, directement concerné avec une commande anticipée de 40 moteurs d’hélicoptères.

Pour la troisième fois depuis le début de l’année, la ministre des Armées Florence Parly s’est déplacée dans une des usines du groupe Safran Helicopter Engines. Le jeudi 11 juin, elle était en visite au siège social à Bordes, où sont fabriquées les turbines d’hélicoptères. Un déplacement très symbolique, au surlendemain de l’annonce de l’État d’un vaste plan de soutien de 15 milliards d’euros à la filière aéronautique durement impactée par la crise liée au Covid.

Ce plan prévoit notamment la commande anticipée de 20 hélicoptères à Airbus Helicopters, dont les moteurs sont produits par Safran. « Cette commande massive de l’État va permettre de préserver et pérenniser 1 000 emplois en France, pour une durée de trois ans. Pour cette usine de Bordes c’est une commande importante : 20 hélicoptères, ce sont 40 moteurs qui vont sortir des chaînes de production dans les prochaines années, puisque les premières livraisons sont attendues dès 2023 », a ainsi précisé la ministre, rappelant que cette commande permettra de pérenniser une centaine d'emplois sur le site béarnais. « C’est une commande importante pour l’entreprise mais aussi pour tous ses sous-traitants. Il faut que ce plan de soutien puisse bénéficier et se répercuter sur l’ensemble de l’écosystème industriel. Il faut que chaque euro qui sera versé aux maîtres d’oeuvre puisse immédiatement bénéficier à tous les sous-traitants ».

Florence Parly a également tenu à saluer l'investissement de chacun chez Safran et à appuyer de nouveau le soutien de l'État à l'entreprise : « Je souhaite vous dire merci pour avoir maintenu votre activité pendant la crise, un travail essentiel à nos femmes et nos hommes déployés sur le terrain. Je suis venue vous dire que vous n’êtes pas seuls. Dans cette crise que nous traversons, l’État sera là pour vous épauler ».

Pour le président de Safran Helicopter Engines, Franck Saudo, ce soutien du gouvernement est déterminant pour l'entreprise. « Sur l’année 2020, nous avons eu des annulations de commandes significatives, de l’ordre de 15 %, et donc une baisse d’activité très sensible de l’activité industrielle, qui devrait se poursuivre en 2021. C’est là que le soutien du gouvernement est un véritable appui », précise- t-il. « Ces mesures annoncées sont une vraie bonne nouvelle pour Safran Helicopter Engines. Ces commandes vont contribuer à sauver de l'emploi, des compétences industrielles et des bureaux d'études sur nos sites français ». Un optimiste dont s’est fait écho Philippe Petitcolin, directeur général du groupe Safran, estimant avoir entendu « un plan à la hauteur des défis que traverse notre filière ».